Accueil

* Nouveautés *

La Chatterie

Nos Chattes

La Légende

Conseils d'achat

Chatons 2017

Chatons 2015

Chatons 2014

Chatons 2013

Chatons 2012

Chatons 2011

Chatons 2010

Chatons 2009

Chatons 2008

Chatons 2007

Chatons 2006

Chatons 2005

Chatons 2004

Chatons 2003

Autres Choses...

Liens

Contactez-nous

 


Conseils d'acquisition

Important : Depuis septembre 2014, seules les chatteries agréées peuvent encore acquérir un chat(on) non stérilisé. Toute personne, chatterie ou particulier qui élève et cède un chat, gratuitement ou non, est légalement OBLIGEE de le pucer et de le stériliser avant son départ.

Il y a de nombreux pièges lorsque l’on désire adopter un chat, le premier de tous est celui de craquer sur un coup de cœur sans avoir préalablement réfléchi aux conséquences de cette acquisition.

Ceci est souvent vrai lorsque vous êtes confronté à une portée de jolis petits chatons à donner chez un voisin, un copain de classe d’un de vos enfants ou sur le parvis de l’église près du marché.

Par contre, lorsque l’on prévoit d’acheter un chat, le choix de la race préférée, la recherche de l’éleveur et le prix permettent de prendre un peu de temps que l’on consacrera aussi à la réflexion.

Les premières questions à se poser sont :

Vais-je laisser sortir le chat à l’extérieur ou le garder à la maison ?

La question ne se pose bien sûr que s’il y a un jardin.

D’abord, il y a des races de chats qui s’accommoderont mieux d’une assignation à demeure que d’autres; un persan est souvent moins épris de liberté qu’un norvégien.

En général, un chaton qui aura connu le jardin dès son plus jeune âge aura des difficultés à s’en passer.

Il y a des avantages et des inconvénients à chaque solution.

On reste à la maison

Le plus grand avantage est bien sûr qu’on a beaucoup de chance de garder son chat plusieurs années de plus que s’il ne sort. Et quand on sera à la maison, il y sera aussi et si on veut la compagnie de son chat, c’est un réel plus par rapport aux habitudes félines de passer toute la nuit dehors et toute la journée à roupiller.

Les inconvénients sont multiples;

Prévoyez de nombreuses disputes avec le conjoint et les enfants à propos des portes et fenêtres laissées ouvertes et de longues périodes de recherche du chat dans les alentours pour finalement, généralement, le retrouver endormi sur une chaise sous la table de la salle à manger.

Il faudra nettoyer un bac régulièrement et il y aura peut être de la litière au dehors et sûrement plus de poils partout dans la maison.

Enfin, et c’est très important, un chat à la maison, tout seul toute la journée, risque de s’ennuyer et de faire des dégâts pour s’occuper ou parce que cela le stresse. Il est donc important de savoir si vous serez suffisamment à la maison pour lui tenir compagnie ou si il y a d’autres animaux avec lesquels il s’entendra (pas certain qu’il apprécie le berger allemand !).

On sort au jardin

Il faudra bien sûr d’abord installer la chatière ou décider quelle fenêtre restera entre-ouverte toute l’année même lorsqu’il gèle. Déjà là, quelque fois, cela bloque et il faut décider que le chat n’entrera et ne sortira que quand on sera là pour ouvrir et fermer la porte.

Le gros avantage est de se dire qu’on laisse son chat avoir une « vraie vie de chat » même si le prix à payer est assez lourd ;

Un chat qui sort peut se faire renverser par une voiture, être volé, se battre avec d’autres chats, se faire mordre par un chien, rester enfermé dans un garage ou une cour, etc…

Il est aussi plus sujet aux maladies dont toutes n’ont pas de vaccins et aux parasites qui se transmettent quelques fois aux humains et se propagent dans la maison. Il ramènera peut-être aussi des souris et oiseaux pour que la mise à mort ait lieu dans la cuisine ou mieux, sur le lit ! Je ne parle pas des traces de pattes mouillées sur le carrelage, c’est un détail par rapport à ce qui précède.

En échange, il ne faudra probablement pas changer le bac et la garde pendant les absences est facilitée.

Si vous optez pour cette solution, il est encore plus important de vacciner, vermifuger et traiter votre chat contre les parasites ainsi que de lui faire porter une puce électronique et de le stériliser. La stérilisation de tous les chats domestiques est désormais une obligation légale en Belgique sauf pour les éleveurs.

Suis-je suffisamment à la maison pour qu’il ne s’ennuie pas ?

Comme indiqué ci-dessus, si le chat sort, il trouvera toujours de quoi s’occuper et ne s’ennuiera pas. Il ne faut donc pas craindre des dégâts ou de la déprime.

Par contre s’il est tout seul, enfermé à la maison et que vous bossez 18h par jour, je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée de prendre un chat à la maison pour le moment. Ou alors, prenez-en 2, pour qu’ils se tiennent compagnie.

S’il s’ennuie, il se trouvera de l’occupation et cela ne vous plaira sans doute pas : rideaux, plantes, fauteuils vont en prendre pour leur grade et je ne parle pas des marquages de stress dans tous les coins, qui n’arrêteront peut-être même pas après stérilisation. A vous de voir si, en rentrant à 21h vous avez encore envie de passer une heure à remettre en état l’appartement !

Qui s’en occupera quand nous serons en vacances, en déplacements professionnels ?

Vous ne partez jamais en vacances ? Quand vous partez c’est en appartement à la côte belge ou, il reste toujours quelqu’un à la maison pour garder le commerce ouvert ? Aucun problème alors !

Votre voisin a un chat dont vous vous en occupez quand il est parti ? Super, il va pouvoir vous rendre la pareille !

Sinon, sachez que le chat est mieux chez lui qu’en pension, surtout s’il sort. Il suffira qu’un voisin vienne lui donner à manger et à boire une fois par jour et vous le retrouverez en pleine forme, même s’il boude, quand vous rentrerez.

Vous pouvez le confier à un parent ou un ami à condition qu’il ait été habitué à cet autre environnement depuis toujours. Ce n’est pas à 10 ans qu’on met son chat en pension chez tante Gertrude qui a un caniche monteur et aboyeur alors que votre chat n’est pas habitué aux chiens.

Moi, j’emmène tous mes chats à la mer, ils connaissent l’appartement et adorent pouvoir dormir avec moi ce qui n’est pas permis à la maison. Ce sont les vacances pour eux aussi !

C’est décidé, on prend un chat !

Voici les questions suivantes :

Chat de race ou de gouttière ?

Je prêche contre ma chapelle : par idéalisme ou limites financières, les refuges sont pleins d’adorables chats, vous ferez une bonne action et il vous en sera reconnaissant.

Adopter un chat ne changera pas le monde mais pour ce chat-là, le monde sera très différent !

A moins de vouloir un chat pour vous débarrasser des mulots du jardin, je ne vous conseille pas de prendre un chaton né à la campagne. Ils n’ont souvent eu de contact avec les humains que tardivement (quand la maman les a laissés sortir de la grange où elle les avait cachés, sûre qu’ils sont trop grands pour que le fermier les noie). Il ne faut donc pas espérer que ce soit un compagnon câlin.

Les avantages des chats de race ? Dans la plupart des cas, ils vivent mieux le manque de jardin, sont donc plus présents à la maison, sont plus habitués à être manipulés et supportent mieux les traitements un peu brusques des enfants. S’il y a des chiens chez l’éleveur, l’adaptation avec un chien sera facilitée. Le chaton est « livré » vacciné , pucé et la loi protège votre achat. Souvent les lignées sont testées contre les maladies les plus fréquentes (FIV- FELV  - PKD). L’éleveur pourra vous conseiller le chaton qui vous convient le mieux dans la nichée et on choisit la race qui convient le mieux à ce que l’on recherche.

Quelle race ?

Il y a de nombreux sites internet qui décrivent les races de chats. Jetez-y un coup d’œil et voyez celle qui vous fait craquer.

Quelques points importants sont à garder à l’esprit;

Les chats à longs poils nécessitent un brossage régulier et il faut les habituer tout petits pour éviter qu’ils refusent de se laisser faire plus tard. Si vous n’envisagez pas de passer du temps à le brosser, choisissez une race à poils courts ou mi-longs (c’est à dire longs mais sans le sous-poil qui s’emmêle).

Certaines races définissent un standard qui peut être nuisible à l’animal. Les « plus beaux » persans ont un nez tellement court que les canaux lacrymaux sont atrophiés et causent de nombreux problèmes de santé à l’animal. Certaines races de chats blancs sont souvent sourds. C’est une question d’éthique, à vous de voir…

Tous les éleveurs diront que la race qu’ils ont choisie est la plus belle, la plus douce, la plus gentille avec les enfants, etc… Personnellement, je crois plus à une question de caractère individuel même s’il y a des grandes lignes dans les caractères.

En ce qui concerne les allergies, il est bon de savoir que les races à motif « point » comme les Siamois, Sacrés de Birmanie, Ragdolls ou Persans colourpoint sont plus allergisants que d’autres. Les seuls qui soient peu allergisants étant les chats nus mais il faut aimer ça même s’il sont, paraît-il très gentils.

Les américains viennent de développer une race soit disant non allergisante. Comptez 4000€ et 2 ans d'attente !

Mâle ou femelle ?

On croit souvent les femelles plus douces et les mâles fugueurs et bagarreurs. C’est peut-être vrai pour des chats non stérilisés qui vivent dehors mais j’ai souvent expérimenté l’inverse. Les mâles stérilisés sont souvent de gros nounours à ronrons et les femelles de vraies chipies, surtout entre elles si on en a plusieurs.

Une fois de plus, c’est très individuel.

Autre critère: les mâles sont plus grands, plus forts, leur pelage est plus fourni et plus long. Si on préfère un plus petit chat, il vaut mieux prendre une femelle.

Pour les personnes qui seraient tentées par l’élevage, je vous dirais ; réfléchissez bien ! C’est loin d’être aussi facile qu’il n’y paraît. Mais ceci est un autre sujet, dont on peut parler si vous me contactez.

Comment choisir votre chaton chez l’éleveur ?

Contactez d’abord plusieurs éleveurs, via leur site internet et par téléphone. Discutez un peu avec eux, demander les prix, si l’éleveur a la maman ou les deux parents, demander combien de chats il a. Papoter, quoi, histoire de vous faire une première opinion.

Quand on a une toute petite chatterie, on peut se permettre de vivre avec ses chats, de beaucoup d’occuper de chaque bébé. Quand on a une vingtaine de chattes, plusieurs matous, je ne sais pas comment on peut en faire autant.

Aller voir plusieurs éleveurs avant de vous décider. Allez-y sans un € en poche, sans chèque pour être sûr de ne pas pouvoir craquer. Il est quasiment impossible de résister devant leurs petits minois même si on se rend compte que ce n’est probablement pas l’élevage dont vous rêviez.

Soyez attentif à plusieurs choses lors de vos visites;

La propreté du lieu : il est quasiment impossible de ne pas avoir d’odeur du tout mais si vous avez du mal à respirer tant l’odeur d’urine est forte, tirez-en les conclusions !

Ce qu’on vous cache !!! On vous fait entrer dans le living et on vous apporte les bébés, sans vous monter où ils ont grandi, où ils vivent toute la journée. Vous ne voyez pas les autres adultes, où vivent les mâles ? Pourquoi ? Poser la question c’est y répondre !

On vous pousse en disant qu’il n’en  reste pas beaucoup, qu’ils partent très vite, … Mon expérience est qu’on ne sait jamais quand on va vendre le chaton suivant. On peut rester 3 semaines sans un seul appel ou avoir vendu 2 chatons le soir sans l’avoir su le matin. Les chatons sont réservés ou ne le sont pas. Vous pouvez demander qu’on vous prévienne s’il y a des amateurs. De toutes façons, il n’y a pas qu’un seul chaton. Si celui que vous convoitiez est vendu, d’autres sont encore disponibles ou le seront bientôt et celui que vous achèterez, si vous suivez ces conseils, sera formidable.

Restez suffisamment longtemps pour avoir pu prendre le chaton dans les bras et juger de sa réaction à la manipulation.

Palpez-le partout, soyez attentif au fait qu’il ait des croûtes, des plaques sans poils, un nœud dans la queue, qu’il se plaigne parce qu’il a mal quelque part quand on le manipule.

Regardez si ses yeux ne coulent pas et si ses oreilles sont propres, si l’anus est propre. Soufflez légèrement dans la fourrure pour vérifiez qu’il n’y ait pas de cacas de puces (points noirs).

Essayer de prendre aussi la maman, le papa s’il est disponible. Il y a de fortes chances que le bébé soit comme ses parents, au niveau caractère comme santé.

Demandez à l’éleveur de voir un pédigrée comme celui qu’aura le petit, de voir celui de la maman et celui du papa. Ce n’est pas facile à déchiffrer mais on peut voir si les parents ne sont pas frère et sœur ou père et fille et si le pédigrée montré n’est pas celui d’une chat qui aurait 37 ans !

A propos de pédigrée, fuyez comme la peste les éleveurs qui vous proposent une réduction de prix si vous ne prenez pas le pédigrée. Cela n’a aucun sens! Le prix du chat s’explique par les soins prodigués aux parents toute l’année, le prix de la saillie, des vaccins, des visites régulières du vétérinaire, des produits comme le lait de substitution ou le vermifuge, du maintien d’un site internet, de la publicité, de la parution des annonces. Le prix du pédigrée tourne autour des 10 €. Comment expliquer une différence de prix de 50 voir 100 € et souvent même plus ? C’est n’importe quoi ! Si votre chat a droit à un pédigrée il n’y a pas de raison financière qui justifie qu’il ne l’ait pas.

Voyez avec l’éleveur les garanties qu’il vous fournit. Il devrait vous établir une facture avec le texte de la garantie légale et précisant le nom, la date de naissance, le # du pédigrée s’il est déjà établi, votre nom et celui de l’éleveur. Cette facture doit être signée par les deux parties.

Certains, comme moi, vous proposent des photos, un « service après-vente », donne quelques échantillons, des bons de réduction et vous prodigue des conseils. Cela ne rachète pas d’autres éléments.

Demandez à voir le carnet de vaccination des petits et vérifiez qu’il a été soigneusement rempli par le vétérinaire et qu’on y ait indiqué l’administration de vermifuge. S’ils n’ont pas encore été vaccinés, voyez celui de la maman. Éventuellement, notez le nom du vétérinaire et donnez-lui un coup de fil pour lui demander son avis.

Quand vous aurez fait le tour de quelques éleveurs, sans argent en poche jusqu’à la dernière visite, faites le point et comparez, même si c’est très difficile.

Lorsque vous aurez fait votre choix, donnez un coup de fil à l’éleveur et proposez-lui de lui faire un virement de réservation de votre chaton s’il est trop jeune pour être adopté. L’éleveur devrait accepter un virement. Même un éleveur amateur a le droit, sans TVA ni registre de commerce, de vendre un petit nombre de chatons. A moins qu’il ne cache autre chose, cet argent peut donc apparaître sur son compte. Si le chaton est déjà assez grand pour quitter sa maman et a déjà été vacciné plusieurs jours auparavant, prenez rendez-vous pour aller le chercher.

Soyez, vous aussi, irréprochable et prévenez en cas de retard ou d’empêchement de dernière minute.

Quand aller chercher mon chaton ?

Pas avant qu’il ait au moins 10 semaines et ait été vacciné plusieurs jours auparavant.

Si possible, plutôt vers 12 semaines; un âge minimum pour une stérilisation précoce. C’est vrai qu’on préfère les avoir tout petits mais c’est un risque qu’il ne vaut mieux pas courir. Le plus grand danger pour un chat, ce qui le fragilise le plus, c’est le stress. Et quitter sa maman est un des plus grands stress de sa vie.

Vous pouvez l’aider avec des fleurs de Bach par exemple; Rescue Remedy, Mimulus, Walnut.

Autre chose est de surtout aller le chercher un matin, un dimanche par exemple, de manière à ce qu’il ait toute la journée pour s’habituer à son nouvel environnement et que vous soyez là pour lui montrer son nouveau chez lui, lui indiquer régulièrement où est son bac, le nourrir en petites quantités assez souvent, le câliner beaucoup pour ce premier jour. Il faut qu’il en ait un bon souvenir, qu’il ait une bonne première impression : « Nom d’une souris, qu’est-ce qu’on s’occupe bien de moi ici ! » doit lui venir à l’esprit.

Le reste viendra au jour le jour.

Il y a plein de conseils, à vocation commerciale, mais bons malgré tout, sur des sites internet. Tapez « développement chaton » dans votre moteur de recherche.

Bonne chance !